Chargement...

Interview avec Isabelle Bebear directrice des Affaires Internationales et Européennes chez BPIFRANCE

Interview avec Isabelle Bebear directrice des Affaires Internationales et Européennes chez BPIFRANCE
  1. Bpifrance est de nouveau partenaire du sommet EMERGING Valley pour cette 5ème édition, pourquoi est-ce important de soutenir cet événement ?

Emerging Valley est devenu un évènement de référence et ses objectifs retrouvent largement ceux de Bpifrance : permettre l’émergence et le développement de startups innovantes en France et en Afrique, grâce à des écosystèmes performants et des outils d’accompagnement financiers ou extra-financiers adaptés.

Le rôle de Bpifrance est bien établi en France grâce à sa palette de produits et services : investissements en direct dans les startups, dans les fonds de capital amorçage, de capital risque et de growth, mais aussi aides financières accompagnement de ses startups clientes grâce à son Hub.

Nous investissons aussi en Afrique au travers de notre véhicule Averroès Africa. Le développement des startups africaines est une priorité pour nous car il a et aura un effet décisif sur la croissance du continent. Si les startups ont été financées à hauteur de 1,45Md$ en 2020, l’année 2021 est une année record avec des montants levés de près de 4 Mds$. Cela montre bien la vitalité et la qualité de ces startups et l’intérêt grandissant des investisseurs à leur égard. Nous avons à ce titre investis dans deux fonds majeurs sur le marché et dont nous voyons dès à présent l’impact : Cathay AfricInvest Venture – qui résulte d’une joint-venture entre les équipes de Cathay Capital P.E. et d’AfricInvest dont la réputation n’est plus à faire – et Partech Africa, dont l’un des investissements au Sénégal, Wave, est devenue récemment la première licorne d’Afrique de l’Ouest. Notre ambition est non seulement de soutenir le développement de ce marché, mais aussi de connecter ce dernier avec l’Europe et la France en particulier, grâce notamment à notre plateforme EuroQuity.

  1. Bpifrance anime cette année un atelier digital sur votre dispositif EuroQuity. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

EuroQuity est une plateforme de mise en relation digitale créée par Bpifrance en 2008 et développée depuis cette date en partenariat avec de grandes organisations européennes et africaines, telles KfW en Allemagne, Sowalfin en Belgique ou encore Attijariwafa au Maroc. Le service est aujourd’hui leader en Europe auprès de la Commission Européenne pour accompagner les sociétés innovantes et technologiques dans leurs connexions avec des investisseurs du early stage au late stage, des corporates et des structures d’accompagnement.

Il se déploie fortement en Afrique depuis deux ans, avec des projets à la fois régionaux et à l’échelle des deux continents autour de deux besoins : l’accès au financement et la recherche de partenaires.

Son modèle est original et associe systématiquement des partenaires à son développement. Ces partenaires animent des communautés, déploient des services personnalisés à destination de leurs membres et bénéficient de l’actif préexistant : sociétés, investisseurs, partenaires.

A ce jour, EuroQuity compte 21 600 organisations utilisatrices, dont 17 000 sociétés, 2600 investisseurs et 2000 structures d’accompagnement ainsi que 36 communautés digitales et 190 labels.

En Afrique nous avons initié plusieurs communautés. L’une d’entre elle, AfricaNext, est une initiative commune avec Digital Africa, Africa Grow et AfricInvest. Elle permet aux tops VCs africains de mettre en avant leurs pépites auprès des investisseurs internationaux pour des levées de fonds entre 1 et 20 millions d’euros. Plus de 150 investisseurs internationaux inscrits en moyenne par epitch, des premières « success stories » très encourageantes. Nous n’avons pas l’intention de nous arrêter là et de nombreux projets sont en cours de développement sur le continent.

  1. Au lendemain de la crise sanitaire, quelle est la stratégie d’investissement de Bpifrance en Afrique ?

Nous sommes toujours mobilisés pour poursuivre l’accompagnement des fonds d’investissements en Afrique. Notre fonds  Averroès Africa a été créé en 2021 et compte déjà trois investissements à son actif dans des véhicules dédiés au financement des startups et des PME africaines. Nous sommes aussi très heureux d’avoir convaincu Mubadala, le grand fonds souverain d’Abu Dhabi, de l’intérêt d’investir à nos côtés. Nous avons à ce titre signé un accord de co investissement de 350 M€ en juin dernier. C’est la première fois qu’un fonds souverain du Golfe s’engage aussi fortement sur le private equity en Afrique., j’espère que cela suscitera l’intérêt de ses homologues.

Deux autres de nos activités méritent aussi d’être soulignées car elles montrent notre engagement envers le continent africain : le financement de l’export des entreprises françaises et dans ce cadre les crédits que nous accordons à des structures africaines, publiques ou privées, qui achètent des biens ou des services français. L’Afrique représente plus de 80% de notre deal flow pour cette activité !

Enfin, nous conseillons plusieurs gouvernements qui créent ou développent des structures de financement et d’accompagnement des entreprises de leur pays, à l’image de Bpifrance, mais totalement adaptées au contexte local.

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print