Chargement...

Interview avec Emmanuel Noutary directeur général d’Anima

Interview avec Emmanuel Noutary directeur général d'Anima

Anima est présent depuis plusieurs années sur le sommet EMERGING Valley : pourquoi est-ce important à vos yeux de soutenir cette 5ème édition ?

ANIMA est un réseau international qui réunit 67 organisations dans plus de 20 pays en Europe, Afrique et Moyen-Orient. Mais le secrétariat du réseau est basé à Marseille depuis sa création il y a 15 ans. En tant qu’organisation dont le cœur de métier est d’impulser des coopérations économiques entre l’Europe et l’Afrique, nous faisons partie de ceux qui incarnent ce hub que sont Marseille et sa région, entre les deux continents. C’est donc naturellement que nous nous sommes associés à Emerging Valley dès sa création.

De plus, nous partageons avec Emerging Valley la conviction que les innovations qui naissent sur le continent africain sont inspirantes pour le reste du monde, car elles sont adaptées à un contexte qu’il nous faudra tous intégrer : trouver de nouvelles manières de faire, en consommant moins de ressources.

Emerging Valley est donc l’occasion pour ANIMA de réunir chaque année les entrepreneurs et les acteurs qui collaborent avec nous sur l’innovation en Afrique et au Moyen Orient.

  • Depuis sa création, ANIMA travaille à catalyser les investissements en direction des écosystèmes entrepreneuriaux Europe-Afrique-Moyen-Orient. Alors que la page Covid commence à peine à se tourner, pourriez-vous nous dresser un rapide état des lieux de ces écosystèmes : comment se portent-ils et quelles sont les grandes dynamiques en 2021 ?

D’abord il faut saluer que tous ces écosystèmes, et en premier lieu les entrepreneurs, qui ont fait preuve d’une grande agilité durant cette période. Nous avons pu le constater dans le cadre de notre initiative THE NEXT SOCIETY qui accompagne plus de 400 tech entrepreneurs de la région MENA. 40% d’entre eux ont fait évoluer leurs produits, 39% leur modèle financier et 21% leur business model. Le constat est le même dans tous les pays et les entrepreneurs peuvent en être fiers car il y a peu de défaillance d’entreprise.

Cette agilité, on l’a aussi retrouvée chez les écosystèmes d’appui : agences publiques et tech hubs. Chacun, à la hauteur des moyens dont il disposait dans son pays, a su se tenir aux côtés des entrepreneurs et les aider à traverser la crise. Cette réactivité est particulièrement remarquable dans le secteur public, dont on critique souvent la bureaucratie. Il faut souhaiter que cela perdure dans le futur.

La crise sanitaire est également porteuse de grandes opportunités pour le pourtour méditerranéen. Elle accélère le phénomène de régionalisation des chaînes de valeur qui était à l’œuvre depuis 10 ans du fait de la nouvelle révolution industrielle et technologique et de l’urgence climatique. La crise a aussi montré qu’on ne pouvait pas se reposer sur l’Asie pour être l’unique usine du monde. On devrait voir se redéployer des activités autour du bassin méditerranéen pour servir la demande des marchés européens et moyen-orientaux, mais aussi sur tout le continent africain pour servir la demande domestique dans des secteurs jugés stratégiques : santé, commodités, infrastructures.

Les investissements dans le monde repartent en 2021 plus vite que ce que l’on anticipait, mais ce sont pour l’instant surtout les pays développés qui en bénéficient. Le continent africain peut saisir ces opportunités de nearshoring à condition que les pays soient à l’écoute du marché, et réagissent rapidement aux besoins des investisseurs.

ANIMA présente cette année en Main Stage à EMERGING Valley le programme « REA-Bridge Africa », porté notamment par le MEAE et Business France. Quels sont les objectifs de ce projet et quelle est votre ambition pour REA-Bridge Africa?

Depuis deux ans, sous l’impulsion du Conseil Présidentiel pour l’Afrique, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français a catalysé la création de réseaux d’entrepreneurs africains (REA) dans 15 pays du continent. Le projet REA – Bridge Africa a pour ambition de connecter ces réseaux entre eux et avec l’écosystème business en France, et d’accompagner ces réseaux pour développer leurs services et trouver un modèle pérenne. Business France qui est en charge du projet a sollicité ANIMA pour y contribuer étant donné notre expérience dans l’animation de ce type de réseau.

Au-delà de la présentation en main stage, Emerging Valley est l’occasion pour nous de lancer un programme de jumelage entre ces REA, un programme de mentorat des entrepreneurs de ces réseaux par des talents de la diaspora africaine, et de permettre aux réseaux de développer leurs contacts lors de l’événement.

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print